Chemin, Vérité et Vie…

couloir aérien

Frères et sœurs,

Si nous sommes ici aujourd’hui dans cette église, c’est qu’il y a eu un jour dans la vie d’Aymar qui est le plus important de sa vie : le jour de son baptême. Jour où il a été adopté par Dieu, où Dieu l’a appelé par son nom. Tout commence dans notre vie par le baptême, par cette renaissance, jour le plus important de notre vie même si on ne s’en souvient pas.
Dieu nous a appelés et il ne reprendra jamais sa parole. Quels que soient nos infidélités, doutes, éloignements, péchés, Dieu ne reprend jamais sa parole. Voilà notre foi et notre espérance.

 

La foi chrétienne peut se résumer dans cette phrase du Christ : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. » (Jean 14,6)

Jésus est le chemin.
Alors que dans touts les religions du monde les hommes cherchent Dieu par tous les moyens, les chrétiens croient et rappellent que c’est Dieu d’abord qui cherche l’homme. Voilà toute la Bible. Dieu est tellement inquiet de notre bonheur qu’il est venu lui-même dans notre monde, au milieu de nous, en Jésus, vraiment homme et vraiment Dieu. Nous ne chercherions pas Dieu si lui-même ne nous avait pas déjà trouvé pour nous sauver et nous conduire à Lui. Jésus, vraiment homme et vraiment Dieu, est le chemin qui va du Père vers les hommes et des hommes vers le Père. Quelles que soient nos difficultés, il vaut mieux marcher en boitant sur ce chemin plutôt que marcher à grandes enjambées en dehors du chemin, sur tous ces sentiers qui ne mènent vers personne.

Jésus est la vérité.
Les chrétiens croient et rappellent que Jésus est le sauveur. Il est plus qu’un sage, plus qu’un prophète, plus qu’un modèle d’humanité : il est le Sauveur. Voilà toute la vérité. A chacun de nous, l’évangile adresse la même bonne nouvelle : Celui que ton cœur cherche s’appelle Jésus-Christ. Celui-là seul qui peut te donner ce que tu désires vraiment, profondément, s’appelle Jésus-Christ.
Jésus est la vérité et la vérité est donc une personne, à aimer, à découvrir. Nous n’avons pas à le saisir même intellectuellement mais à nous laisser saisir. Une vérité pas seulement pas seulement pour notre cerveau mais toute notre personne jusqu’au cœur, jusqu’au corps. Car Dieu ne veut pas la première place dans notre vie, il veut toute la place pour redonner tout en abondance, pour remettre toute chose à sa juste place.

Jésus est la vie.
Nous sommes appelés à la vie éternelle. Ce n’est pas une invention des chrétiens. Jésus lui-même est mort et ressuscité et il est venu se montrer vivant et ressuscité à ses disciples qui en ont témoigné. Les chrétiens croient et rappellent que Jésus est vivant chaque jour, pour toujours et il nous appelle à vivre de la même vie que lui, celle qui n’est plus arrêtée par la mort. Jésus est la vie, la vie en plénitude. Pas la petite vie de nos petits soucis mais la vie en abondance qui jaillit. Et face à la mort de nos proches, face à notre mort prochaine, Jésus nous appelle à vivre. Il est urgent de vivre. Il est urgent d’aimer. Il est urgent de sortir de la mort dans laquelle nous nous enfermons pour vivre pleinement avec Celui-là seul qui peut nous faire vivre, qui peut nous pardonner, qui sait nous aimer quoi que nous fassions. Que que nous ayons fait, Dieu nous aime et veut notre joie.

Jésus est le chemin, la vérité et la vie.
Voilà toute notre foi et toute notre espérance.
Dieu cherche l’homme, Dieu est venu nous sauver par son Fils Jésus, Dieu nous appelle à vivre de sa vie éternelle.

Prions le Seigneur qui va se donner à nous corps et sang et qui nous demande, à chacun de nous :
Veux-tu vivre avec moi ?
Veux-tu de mon amour pour toi ?

 

Homélie du frère Nicolas Burle pour une messe de funérailles le 6 septembre 2014