Jésus est l’étoile

Homélie du frère Nicolas pour la solennité de l’Epiphanie du Seigneur, dimanche 4 janvier 2015

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu, chapitre 2, versets 1 à 12

 

Il existe certaines choses que l’on ne voit que de nuit. Les étoiles par exemple. Il faut pour cela une nuit bien noire, de préférence sans lune, et sans la pollution lumineuse des réverbères et autres enseignes lumineuses de nos villes. Alors seulement vous pourrez apercevoir les étoiles, les milliers d’étoiles qui tournent au-dessus de nos têtes. Une étoile c’est une lumière subtile, discrète que l’on ne voit que dans la nuit. Il faut donc avoir appris à regarder de façon subtile, comme un mage, pour voir l’essentiel. Bernanos avait écrit un jour : « Incroyable : le Fils de Dieu est né à Bethléem… et les journalistes de l’époque n’en ont rien su ! » Les journalistes non mais les mages oui !

Avez-vous remarqué que tout ce qui se passe d’important dans la Bible se passe la nuit ? Ainsi au tout début de la Genèse : « Il y eut un soir, il y eut un matin, ce fut le premier jour »… qui était donc une première nuit ! Les Hébreux qui fuit l’Egypte ? La nuit de Noël ? L’arrivée des mages suivant l’étoile ? Les nuits que Jésus passe seul à prier ? La dernière Cène et la prière à Gethsémani ? La crucifixion quand les ténèbres couvrent la terre ? La nuit de la Résurrection ?

Un de me frères dominicains m’a raconté un jour comment il était devenu chrétien alors qu’il était étudiant. Il était allé pour quelques jours dans un monastère, attiré peut-être par une étoile, et voilà qu’il se lance un défi : « je vais aller aux matines… à 4h du matin ! » Il y est allé ! Et en voyant ces hommes venir prier chaque nuit à 4h du matin, il s’est dit que Dieu devait exister puisque des hommes se réveillaient pour venir le prier au milieu de la nuit. Et pour prier aussi pour tous ces hommes et ces femmes qui travaillent au cœur de la nuit. Et plus encore prier pour tous ces hommes et ces femmes qui vivent dans la nuit. Une nuit sans foi, sans prière, sans charité. Une nuit sans étoile.

« Voici que les ténèbres couvrent la terre et la nuée obscure couvre les peuples. Mais sur toi se lève le Seigneur, sur toi sa gloire apparaît. » (Isaïe 60,2)

L’épiphanie du Seigneur, c’est littéralement « la révélation » du Seigneur. Et qu’est-ce que le Seigneur nous révèle ? Une chose toute simple, si simple que nous les chrétiens l’oublions de temps en temps : « toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile. » Le cœur de notre foi c’est que celui que cherche le cœur de l’homme s’appelle Jésus Christ. Tous juifs, chrétiens, musulmans, hindous, bouddhistes, athées, agnostiques que sais-je encore ?,… tous, de tous les pays du monde, tous nous sommes sauvés par Jésus et nous ne sommes sauvés que par Jésus. Jésus n’est pas un chemin parmi d’autres pour aller au Ciel mais lui seul est « le chemin, la vérité et la vie » comme il l’a dit lui-même. Celui que cherche le cœur de l’homme s’appelle Jésus Christ. Cela veut dire que lorsqu’un être humain regarde ce qu’il désire vraiment, ce qu’il espère vraiment alors c’est le visage du Christ qui lui apparaît, la douceur du Christ, la bonté du Christ, la liberté du Christ. Parce que « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ait la vie éternelle ».

Mais comment se fait-il alors que tout le monde ne soit pas chrétien ? Parce que l’on ne naît pas chrétien, on le devient par le baptême. Être chrétien n’est pas donné par le sang mais par l’eau du baptême et la foi de l’Eglise. C’est pour cela que Saint Paul nous parle d’annonce de l’Évangile pour que « toutes les nations soient associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse ». L’annonce de l’Évangile est toujours à recommencer, toujours à reprendre. Rien n’est jamais acquis. Nous ne pouvons pas compter sur une transmission automatique de la foi chrétienne.

Celui que cherche le cœur de l’homme s’appelle Jésus Christ, cela veut dire que tout homme verra le Christ face à face à l’heure de la mort. Mais pourquoi attendre si tard ? Annoncer l’évangile c’est permettre aujourd’hui à celui qui cherche de trouver enfin celui qu’il attendait. C’est permettre aujourd’hui à celui qui cherche de venir devant Jésus pour lui offrir sa vie comme ces mages venus de si loin offrirent l’or, l’encens et la myrrhe.

A chaque fois que nous permettons à une personne de rencontrer le Christ nous sommes une étoile sur le chemin de Bethléem. Une étoile pour guider tous ceux qui sont dans la nuit et qui attendent de trouver celui que leur cœur cherche.

Que le Seigneur Jésus fasse de chacun de nous des lumières pour notre monde.